• Parmi toutes les mésanges qui fréquentent le jardin, il en est certaines qui font de brèves apparitions, toujours en petites troupes, et qu'il est très difficile de saisir "au vol" si je puis dire ... Il s'agit des mésanges dites "à longue queue" au plumage joliment coloré de noir, blanc, rose.

     


    Elles se nourrissent habituellement de petits insectes et araignées, mais ne dédaignent pas les boules de graisse. Par contre les graines de tournesol ne semblent pas les intéresser.

    Il existe différentes sous-espèces de ces mésanges en Europe. La sous-espèce occidentale a une large bande noire au-dessus des yeux et le dos noir. Celles qui viennent chez nous correspondent bien à cette description... Elles sont de petite taille mais très élégantes grâce à leur grande queue. J'avoue que j'apprécie beaucoup ces oiseaux tellement vifs et gracieux.


    Les photos ne sont pas d'une exceptionnelle qualité car prises de loin, au zoom. Pas moyen en effet de s'approcher davantage de ces oiseaux-là ! J'ai simplement rogné les clichés pour rapprocher les sujets...


    Mesange-longue-queue--19-01-10-015.jpg



    Mesange longue queue- 19-01-10 016


























    Mesange-longue-queue--19-01-10-019.jpg





























    Mesange-longue-queue--19-01-10-018.jpg


    23 commentaires
  • Le 16 mai dernier j'écrivais dans l'article "Côté nichoir" : RIEN ! 

    Trois jours de patience supplémentaires ont suffi pour voir apparaitre à l'entrée du nid une petite tête tout étonnée, un oisillon très curieux de découvrir ce qui se passait dehors et que sa maman (ou son papa) priait de rentrer dans le nid car le moment n'était pas encore venu....

    L'instant tant attendu est enfin arrivé, juste la veille de notre départ (ouf !!) et en l'espace d'une heure, trois petites mésanges ont enfin pu faire connaissance avec les grands espaces... Pour les deux premiers petits, pas de problème mais pour le dernier, ce fut une épopée, bien embarrassé qu'il était de ses toutes petites ailes dont il ne savait pas vraiment faire usage...
    A un point tel que nous avons nourri quelque inquiétude à son sujet car une fois sorti, il s'est retrouvé seul à errer lamentablement, à voleter de ci de là dans le jardin, tombant dans des endroits impossibles d'où il a fallu le sortir.... Mais il faut croire que les mésanges ont de la mémoire et peut-être même savent-elles compter car les parents se sont enfin rendu compte qu'il manquait un rejeton à l'appel ! Nous avons pu alors observer, le plus discrètement possible, sa famille se mettre à sa recherche, en l'appelant à tous les échos !

    Petite histoire émouvante qui s'est heureusement terminée car le petit oiseau a fini par répondre et rejoindre enfin les siens...  pour notre plus grande joie, comme vous pouvez imaginer !

    Evidemment, le numérique était de la fête et je me suis même risquée à faire une petite vidéo bien que je ne sois pas très douée pour çà...
















    Le premier des oiseaux a passé pas mal de temps à l'entrée du nichoir à observer l'extérieur...













            

     

     

    Entre deux séances "sur le pas de la porte", les parents poursuivent le nourrissage des petits...

     

     

    Sur ce cliché, on distingue nettement l'un des adultes se poser à l'entrée du nid, sans apporter de nourriture, simplement semble-t-il pour signifier au petit de rester encore à l'intérieur. Cette scène s'est reproduite à plusieurs reprises au cours des deux heures qui ont précédé l'envol du premier oiseau... On suppose que ce dernier devait être un peu trop pressé !

     


    Cette fois, l'envol a paru imminent, mais il nous a tout de même surpris par son extrême rapidité et c'est seulement dans l'arbre le plus proche que nous avons pu saisir la première pause de la petite mésange, un peu ébouriffée, et sans doute fatiguée par un tel effort...

     

     

     






























    La seconde mésange a suivi de près son frère (ou sa soeur) qui l'a rejointe dans le noisetier au-dessus du nichoir 

     




    Nous commencions à penser que la nichée de nos mésanges bleues se limiterait à deux petits et nous avions même regagné la maison quand un doute m'a effleurée. Je suis retournée à proximité du nichoir et c'est alors que j'ai eu la surprise d'entendre quelques légers pépiements.... Effectivement, un petit dernier, en retard sur l'horaire ou un peu faible, cherchait à sortir lui aussi alors que toute la famille s'était déjà éloignée... Je me suis dit que l'évènement méritait  que l'on s'attarde un peu et  voici quelques photos ainsi qu'une petite vidéo, de qualité assez médiocre je dois le dire mais qui a tout de même valeur de témoignage...


     

     

     

                                                                                                                                                                                     


                                                                                                                                                                                                                       



     

     

     


    10 commentaires
  • Enfin rien ! C'est beaucoup dire, car nos petits oiseaux bleus sont toujours aussi affairés et attentifs aux besoins de leurs oisillons qui se trouvent toujours au chaud dans leur nid. Il faut dire qu'ils sont mieux là car les saints de glace ont laissé trace de leur passage et depuis deux-trois jours, il fait plutôt frisquet dans le coin...

    Néanmoins, le comportement des parents change et s'ils nourrissent toujours les petits affamés, ils ont l'air de tourner autour du nichoir de plus en plus souvent en appelant d'une façon particulière... Donc attendons la suite, en espérant que nous pourrons saisir "au vol" l'instant magique !

    Pour l'instant, voici les dernières photos de ce jour...


     

     

     

     











     

     

     





     

     

    Ce cliché montre la mésange en train de manger : ce n'est pas du luxe, la pauvre... Il faut prendre des forces pour la suite des évènements !


    2 commentaires

  • Voici la suite de la rubrique que j'ai nommée "Côté nichoir" et qui concerne  la couvaison d'un couple de mésanges bleues dans notre jardin.

    L'observation de ces derniers jours montre que les petits affamés sont de plus en plus bruyants et exigent de leurs parents des efforts quotidiens incessants, pour satisfaire leur faim. C'est normal sans doute, mais ce qui l'est moins peut-être c'est que l'état physique de ces derniers semble se dégrader de jour en jour ainsi que le montrent les photos ci-après....


     

    Celle-ci date du 8 mai. L'aspect du plumage de la mésange nous a déjà paru un peu étonnés. Mais bon, avec tout le travail qu'elle doit fournir, pas le temps de se laver ni de se lisser les plumes...



    ... Mais hier, en visualisant la photo de près, on s'aperçoit que le pauvre oiseau est blessé à la patte gauche. Il est possible que le rebord de l'entrée du nichoir présente des aspérités, alors armés de papier de verre et entre deux aller et retour, nous nous sommes mis en devoir d'arranger un peu les choses !!  Au risque de passer pour deux "frappadingues" aux yeux de certains, mais tant pis...

     

    Aujourd'hui, sur ce cliché, on peut constater que la couleur jaune du ventre de l'oiseau est en train de virer au noir, de plus il semble que les plumes soient couvertes d'une sorte de colle.... Reflexion faite, j'ai pensé que les nombreux pucerons qui ont envahi tous les arbres du voisinage où les mésanges vont chercher la nourriture, sont générateurs d'une substance collante qui pourrait expliquer le phénomène. Quant à la teinte noire, il s'agirait éventuellement du fumagine issue du même problème...  Peut-être que certains d'entre vous auront d'autres idées sur la question.

     

     Pour conclure, il est vraiment temps que les bébés sortent du nid car je ne sais pas comment leurs parents vont sortir de cette aventure.... En tout cas je ne pensais pas que cette observation deviendrait si émouvante !


    8 commentaires

  • Fin  mars, j'ai entamé une petite chronique relatant la vie quotidienne d'un couple de Mésanges bleues décidées à nicher dans notre jardin. http://jardin-de-ville.over-blog.com/article-29602285.html

     Depuis, les choses se sont précisées et les observations effectuées montrent aujourd'hui que la famille s'est agrandie car les parents se donnent toutes les peines du monde pour nourrir une nichée que nous n'avons pas encore vue, juste entendue ainsi qu'en témoignent les petits pépiements que l'on perçoit en s'approchant.

    Les séances de "nourrissage" sont très fréquentes et les deux mésanges se relaient pour apporter leur subsistance aux petits becs affamés. J'admire le courage de ces petits passereaux dont les va et  vient incessants s'effectuent à une vitesse incroyable.  Il faut d'ailleurs pas mal de patience pour parvenir à réaliser quelques clichés à peu près valables. Je vous livre ceux que nous avons pris ces jours derniers...













































    La nourriture des bébés semble assez variée, tantôt des végétaux, tantôt des vers, des insectes ou des chenilles. A ce sujet, les mésanges contribuent à débarrasser nos jardins d'un certain nombre d'indérisables : échange de bons procédés !

























    Comme une flèche, la mésange sort du nid et repart à tire d'ailes en quête  de nourriture pour les petits...


    Je pense que ces derniers ne tarderont pas à mettre le nez (enfin le bec !!) dehors et nous essaierons d'assister sans trop les gêner, à leurs premiers essais d'envol ... Alors je vous dis à bientôt !


    10 commentaires



  • A l'automne dernier, nous avons décidé d'installer un nichoir dans le jardin  espérant  y voir s'installer quelque locataire au printemps suivant...
    Nous voici donc au printemps et voici le logement en question, dûment et solidement fixé sur une branche de noisetier, à l'orientation souhaitée, et muni d'une ouverture réglementaire pour le passage des petits passereaux :


























    De longues semaines d'observation ont alors débuté... patience et longueur de temps devinrent notre devise !

    Puis un jour, une mésange bleue s'est posée sur le toit du nichoir, l'a examiné sur toutes les coutures, extérieur, intérieur, puis elle est partie... Bon ! c'était un début, mais on était en hiver, il faisait très froid et ce n'était pas le moment d'emménager. 

    Il y a quelques semaines cependant, les choses se sont précisées, les visites sont devenues plus fréquentes et cette fois, il s'agissait d'un couple : l'un des oiseaux pénétrait à l'intérieur tandis que l'autre semblait monter la garde à proximité. Un jour, il a même donné la chasse à une mésange charbonnière qui rôdait alentour. Je dois même dire que j'ai vu celle-ci pénétrer à l'intérieur du nichoir et là j'ai pensé que c'était fini et que les autres ne reviendraient pas parce que dérangées par cette visite.

    Heureusement, je me trompais et après une interruption allez longue, les allers et retours ont repris. Un beau matin frisquet, mon mari -plus patient que moi sans doute ou moins frileux-, a décidé de "planquer" à proximité armé du numérique fixé sur un support. Voici le résultat obtenu par une prise en rafale :

























     

     

     

     

     

     

     

     











    Pour plus de visibilité, j'ai rapproché la première photo sur laquelle on distingue très nettement les matérieux (plumes, herbes...) que tient la mésange dans son bec pour aménager le nid...




    Voilà une affaire que nous allons suivre de près dans les semaines qui suivent...
    A bientôt donc !


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique